Je peins ou je sculpte des gens ordinaires, des gens de tous les jours,

parfois un animal les accompagne. 

Mes personnages sont ancrés dans leur réalité,  porteurs de leur particularité,

ils ont en commun d’être en marge des choses formatées, 

codifiées de nos sociétés.

 

Michel Audiard disait : 

Heureux les gens fêlés, car ils laissent passer la lumière ! “